• And the winner is… (A propos du XVIIème concours Chopin)

     

    Hier s’est achevée la 17ème édition du célèbre et très prestigieux concours Chopin à Varsovie, lequel a lieu tous les 5 ans. Rappelons que Martha Argerich et Yundi Li, qui ont gagné ce concours respectivement en 1965 et en 2000, faisaient partie du jury. 78 pianistes, issus de 20 pays différents ont participé à cette honorable manifestation.

    Voici le palmarès :

    1er prix (30.000 €) et médaille d’or : Seong-Jin Cho (Corée du Sud)
    2
    ème prix (25.000 €) et médaille d’argent : Charles Richard-Hamelin (Canada)
    3
    ème prix (20.000 €)à et médaille de bronze : Kate Liu (Etats-Unis)
    4
    ème prix (15.000 €) : Eric Lu (Etats-Unis)
    5
    ème prix (10.000 €) : Yike (Tony) Yang (Canada)
    6
    ème prix (7.000 €) : Dmitry Shishkin (Russie)

     

    Mentions honorables (4.000 €) : Aljoša Jurinić (Croatie), Aimi Kobayashi (Japon), Szymon Nehring (Pologne), Georgijs Osokins (Lettonie).

    Prix spéciaux :

    Prix de la Société Frédéric Chopin pour la meilleur polonaise (3.000 €) : Seong-Jin Cho (Corée du Sud)

    Prix de la radio polonaise pour la meilleure mazurka (5.000 €) : Kate Liu (Etats-Unis)

    Prix Christian Zimerman pour la meilleure sonate : Charles Richard-Hamelin (Canada)

    Prix du public : Szymon Nehring (Pologne)

     

    Le prix du meilleur concerto n'a pas été décerné.

    Evidemment, tout cela peut paraître un peu vain compte-tenu de l’actualité mondiale et les remous qui agitent le cercle très fermé du jury et des candidats ressemblent fort à une tempête dans un verre d’eau.

    Néanmoins, il faut bien reconnaître que le niveau des pianistes, tous très jeunes, qui participent à ce concours, est exceptionnellement élevé.

    Toutefois, certaines voix plutôt avisée sur le plan musical (*) sèment le doute en accusant certains des compétiteurs de rechercher la conformité à une « esthétique chopinienne contemporaine », afin de « ne prendre aucun risque et de plaire au jury » sans rien exprimer…

    Certains candidats sont déjà catalogués comme des professionnels des concours qui « alignent dans leurs biographies leurs prix et les noms de leurs professeurs » mais qui se conforment aux « impératifs convenus d’un concours »…

    De même, certains candidats arriveraient à franchir les étapes grâce à des considérations tout à fait étrangères à la musique (le soutien de la Pologne pour l’Ukraine, ou la présence du professeur du candidat dans le jury, par exemples)…

    La question se poserait même de savoir « si Chopin se présentait, s’il serait même sélectionné pour concourir ? »…

    Autant dire qu’il en va de même pour la musique que dans le sport : les compétitions reposent sur des ressorts parfois sans rapport avec l’objet même de la manifestation.

    Ceux qui sont les victimes de ce système ne peuvent compter que sur leur talent pour faire carrière : c’est nécessaire, mais pas toujours suffisant…

     

    (*) « Au concours Chopin : tristesse… de Chopin », Élisabeth Schneiter, ResMusica, 15/10/2015 : Article d'E. Schneiter

     

    « De SATIE à CHOPIN : quelques nouvelles en demi-teinte...En passant : renoncement, Mi majeur, La mineur »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 5 Novembre 2015 à 07:38

    Je suis bien d'accord : ils sont tous très talentueux !

    1
    Jeudi 5 Novembre 2015 à 05:14

    Ah! ce prestigieux concours...et  tous les autres qui sont à la recherche de nouveaux talents.....On pourrait en dire long sur les raisons de leur existence mais je me contenterai d'être admirative devant autant de talents et de vouer un profond respect à tous ces jeunes pianistes qui tentent de se faire une place dans ce cercle assez fermé.

    Bravo à tous les gagnants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :