• Voici une nouvelle vidéo de mes "exploits" pianistiques... La poupée malade, de Tchaïkovski, issue de l'album pour les enfants. La poupée est d'ailleurs tellement malade qu'elle fini par mourir : il y a en effet un morceau intitulé "l'enterrement de la poupée", puis un autre "la nouvelle poupée" !!! Toute une histoire (pas très drôle d'ailleurs, pour des enfants...).

    La poupée malade, Piotr Ilitch Tchaïkovski

    La poupée malade, Piotr Ilitch Tchaïkovski


    7 commentaires
  • Le déchiffrage d'une nouvelle partition est l'un de mes moments préférés dans la pratique de la musique. J'éprouve en effet beaucoup de plaisir à découvrir un nouveau texte, à essayer d'en comprendre les ressorts et, au bout du compte, à faire naître la mélodie sur mon piano.

    Bon, il ne faut pas exagérer non plus! C'est un exercice que je pratique de façon relativement sporadique, à chaque fois que ma prof me fait travailler un nouveau morceau. Néanmoins, c'est toujours une découverte et un plaisir renouvelé.

    Le plaisir du déchiffrage...

    En général, je m'y prends toujours de la même façon...

    Je commence par étudier la partition : j'examine l'armure et je traque toutes les notes altérées, car j'ai tendance à les "zapper" quand je joue... J'étudie également le rythme, pour comprendre à quel moment chaque note doit être jouée et donc faciliter la synchronisation des deux mains. J'essaie également de trouver les passages similaires, pour faciliter l'anticipation et donc gagner un peu en fluidité. J'essaie également de repérer les difficultés : passages marquant une rupture avec la médolie, déplacements sur le clavier, croisement des mains...

    Vient ensuite le moment de me mettre au piano et de me lancer ! En général, je commence par travailler mains séparées et en débutant d'abord par la main gauche (car je suis droitier...). J'essaie ensuite de travailler mains ensemble, très lentement, afin de coordonner "tranquillement" les deux mains. Evidemment, le résultat n'est pas toujours au rendez-vous dès la première tentative, mais nous savons tous que la persévérance et la régularité du travail sont les seules clés du succès au piano (avec le talent, bien évidemment, mais çà, c'est déjà beaucoup plus rare...) !

    Ma méthode de déchiffrage est donc plutôt "cérébrale", en ce sens que je ne me lance pas tête baissée au clavier pour découvrir une nouvelle partition.

    Cà, c'est quand je bosse dans mon coin, car en cours, c'est tout autre chose !!! En effet, ma prof n'hésite pas à me faire travailler directement au piano un nouveau morceau, et mains ensemble en plus, tout en lisant les notes ! C'est ce que l'on appelle la "lecture à vue" !!! Bien entendu, tout çà se fait aussi très lentement... Cà fonctionne bien aussi, mais dès que je rentre chez moi, j'ai tendance à repartir sur ma méthode "cérébrale"...

    Celà montre au moins une chose: il est possible d'aborder un nouveau morceau de différentes façons. Pour autant, quelle que soit la méthode suivie, le déchiffrage est toujours un moment extrêmement gratifiant, car, quel que soit le niveau, il s'agit de faire naître la musique !

    Et çà, c'est toujours magique !!!


    2 commentaires
  • Voici un morceau que j'aime beaucoup et qui rappellera quelque chose à ceux qui ont vu "Barry Lindon", de Stanley Kubrick. Il s'agit juste de la première partie, avant les deux variations...

    Sarabande (11ème suite), Georg Friedrich Häendel

    Sarabande (11ème suite), Georg Friedrich Häendel

     

     


    11 commentaires
  • Voici un petit morceau sans prétention que j'ai travaillé cet automne et qui serait de Georg Philipp TELEMAN (mais sans certitude)...

    Sarabande, Georg Philipp Telemann

    Sarabande, Georg Philipp Telemann

     


    2 commentaires
  • Apprendre le piano, c'est avant tout s'astreindre à une méthode de travail régulière et rigoureuse.

    Lorsque j'ai commencé, j'avais tendance à faire un peu n'importe quoi. Ma prof ne m'avait donné aucune indication précise sur la manière de travailler. Comme elle ne m'avait également pas initié aux exercices techniques et aux gammes, j'attaquais donc directement les partitions et, lorsque je butais sur une difficulté, je reprenais le morceau à la première mesure...

    Résultat : je maîtrisais bien le début du morceau, jusqu'à la difficulté que je n'arrivais pas à surmonter ! Que de temps perdu...

    Avec ma nouvelle prof, les choses ont changé dans le bon sens, car je pense avoir fait quelques progrès.

    Tout d'abord, j'évite de commencer à "attaquer" directement un morceau. Je commence par travailler les gammes, arpèges et autres accords de 7ème de dominante. Il m'arrive aussi de travailler des exercices d'assouplissement. En tout état de cause, j'essaie d'articuler les doigts le plus possible et de bien tenir mes coudes, pour alléger les mains. Ce n'est pas si facile, car j'ai tendance à oublier ces deux "détails", qui ont pourtant une grande importance.

    Je fais ces exercices en marquant les accents: 1 note sur 2 sur 2 octaves, 1 note sur 3 sur 3 octaves, 1 note sur 4 sur 4 octaves. Je termine l'exercice en jouant sur tout le clavier, sans accent : çà aide à bien intégrer les mouvements du corps.

    En général, je consacre environ 10 à 15 minutes à ces exercices.

    Ensuite, je travaille la partition du moment (jamais plus de deux en même temps). Si je rencontre une difficulté, je répète autant de fois qu'il le faut le passage qui me pose problème pour avoir un résultat satisfaisant (donc 1, 2 ou 3 mesures, pas plus). Lorsque la difficulté est surmontée, je reprends à la première mesure, pour inscrire le passage ainsi travaillé dans l'ensemble de la partition.

    Il m'arrive aussi, lorsqu'un passage contraste fortement avec le reste, comme, par exemple, les 4 dernières mesures du Prélude n°1 de Bach reproduites ci-dessous, de le travailler indépendamment du reste de la partition, afin de le maîtriser parfaitement. Pour reprendre l'exemple du Prélude, je connais maintenant par coeur ces 4 dernières mesures, ce qui m'évite de buter dessus quand j'y arrive, bien que le texte marque une rupture par rapport à celui qui le précède :Ma méthode de travail...

    Au début de l'apprentissage d'un morceau, je travaille également souvent mains séparées. J'y reviens aussi quand une difficulté ne passe pas et qu'il me faut décortiquer, à la manière d'un chirurgien, la partition pour bien l'intégrer.

    L'idée est d'arriver à surmonter l'essentiel des difficultés techniques avant de travailler les nuances et l'expression.

    Lorsque celles-ci sont maîtrisées, ma prof me demande de jouer le morceau par coeur. Cà me permet enfin de me libérer de la lecture, pour me concentrer davantage sur l'expression, ce qui est très grisant.

    Je consacre au travail des partitions au moins 15 minutes par jour, sachant que çà me prend le plus souvent 30 à 45 minutes (plaisir oblige !).

    Voilà ! Je pense que cette méthode de travail n'a rien d'extraordinaire, mais elle me convient parfaitement pour le moment et m'a permis de progresser dans mon apprentissage.

    Je reviendrai ultérieurement un peu plus en détails sur certains aspects de celui-ci.

    Et vous ? Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette méthode de travail ? Qu'en pensez-vous ?


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique